Pensionnat Mc Collins

Bienvenue dans un drôle de Pensionnat...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Instant de verité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

???
???

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Instant de verité.   Ven 16 Jan - 17:28




Aussi loin que je puisse m’en souvenir, je me suis toujours considérée comme spéciale, unique.

Et ce depuis toujours. Lors de notre départ de la Terre, je me souviens avoir rencontré moult gens importants, et d’autres, qui n’étaient là que pour nous servir, jusqu’à ce qu’ils soient usés, inutiles. Je me souviens m’être sentit supérieure devant ces gens qui rampaient devant ma famille pour entrer dans les bonnes grâces de mon père et espérer obtenir quelque chose de plus que les autres.

Et aussi loin que je me souvienne, je me suis également sentit supérieure à eux. Eux, qui étaient mes égaux, pourtant. Lors du départ, je m’étais sentit vexée, et rabaissée par mon père, de me faire voyager avec les enfants de son collègue scientifique.

Une bande de gamins blondinets, composée de 5 filles et de 3 garçons, si ma mémoire est bonne. Je me souviens avoir suppliée mon père de ne pas me laisser avec cette vermine, et d’avoir fait la moue pendant tout le trajet, au milieu d’eux, loin du monde que j’aimais temps, celui du luxe, du pouvoir, et des adultes.

Et je suis sure que, si je revivais cet évènement maintenant, avec toute l’expérience que j’ai acquise, je ressentirais la même chose : du dégoût, de la pitié pour cette bande de gamins, et cette envie, comme de fuir quelqu’un qui est malade de peur d’attraper ses microbes. De fuir, toute cette vermine humaine si inférieur à mon être.


L repositionna son écharpe et s’inspecta dans le miroir qui ne la quittait jamais. Elle se tourna vers un homme d’une cinquantaine d’années assis en face d’elle, et, avec une voix hautaine, lui demanda si elle était correcte. L’homme esquissa un sourire, et toutes ses rides s’accentuèrent. Il regarda la jeune fille qui était assise près de lui et qui ne semblait pas consciente de la scène, plongée dans un livre de métaphysique. L la regard d’un air méprisant, et tapota impatient des doigts sur l’accoudoir de la cabine de son vaisseau de transport. L’homme jeta un coup d’œil par la fenêtre, et eu un nouveau sourire.

« Nous serons bientôt sur l’étoile… Tu es sure de toi, Lyly ? »

Demanda-t-il à la jeune femme hautaine, qui hocha la tête d’un air assurée. L’homme se contenta de sourire un fois de plus, et soudain, la cabine fut légèrement secoué. Atterrissage. L soupira d’un air agacé, et s’exclama d’une voix forte, pour que le pilote l’entende :

« Je crois qu’il est temps de virer ce pilote qui est d’une maladresse rare, n’est-ce pas Charles ? »

Avant que les moteurs ne se coupent et qu’un bruit de pas précipité sur les graviers ne se fisse entendre. Un homme ouvrit la porte de la cabine, un air apeuré sur le visage, et s’inclina aussi bas qu’il pouvait devant la femme à l’air hautain. Cette dernière ne lui accorda pas un regard, et salua de la tête le vieil homme. La jeune fille qui lisait elle, ne broncha pas.

Elle souleva un sourcil en voyant le bâtiment qui se tenait devant elle. Une vraie ruine. Un miracle qu’elle tienne encore debout. Mais, qui aurait pus, par conséquent, se douter qu’un tel lieu laissé à l’abandon était d’une importance capitale pour ses plans terriblement géniaux et machiavéliques ? Personne, à l’évidence. Sauf Bill...

Le nom résonna dans sa tête, et elle se renfrogna. Bah, elle s’occupera de l’éliminer plus tard. Toute cette affaire n’avait que trop traînée, elle s’en chargerait personnellement après le réveil.

Après avoir traversée toute l’aile Est du manoir, elle prit à gauche, passa devant les anciens dortoirs, et s’arrêta devant la salle de bain. Elle poussa la porte d’un coup de pied, et entra dans la salle d’eau, humide et délabrée. Elle jeta un coup d’œil à une trace de main ensanglantée sur le miroir… Apparemment, personne n’avait prit la peine d’essuyer le reste du sang d'Ivan Ivanovitch… Elle s’accroupit, et, soulevant une plaque de métal, jeta un coup d’œil dans le long boyau qu’elle dissimulait.

Le claquement des talons de L se répercutait de façon surprenante dans le long corridor caché sous la salle d’eau, mais elle ne s’en inquiéta pas. Une grande porte de métal se dressa soudain devant elle au détour du couloir, et elle faillit se cogner dedans. Ca faisait un bout de temps qu’elle n’était pas venue…
A coté de la porte, se trouvait, enfoncer dans le mur, une plaque à code digitale. Seuls ceux dont l’empreinte de main avaient été enregistrée pouvait franchir les deux mètres et demi de porte en métal blindée qui se dressait devant elle. Il y avait donc que Charles, sa fille, son gendre, et elle-même. Elle pensa un instant aux neveux de Charles, mais qu'ils puissent ne serait-ce que venir jusqu'ici relevrait plus que du miracle. Pour L, cela ressemblerait d'avantage à une malédiction si ils se pointaint ici. Elle appliqua sa main.

« Lydevey Mc Collins, identifiée. »

La porte s’ouvrit dans un grincement, et L disparut dans la suite du boyau. Quelques secondes plus tard, le battant se referma en faisant grincer et gémir les murs autour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arica Mikarashi
Mais qui es-tu ?

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Instant de verité.   Mar 20 Jan - 14:06

~Ayame se frotta l’arrière du crâne. Grognement et festival du tirer de tronche au rendez-vous. Dehors, soleil brillant, quoique légèrement timide. Température au sol : 6°C. Nouveau grognement.

Ayame commençait à en avoir assez de ce climat, et regarda de nouveau la température indiquée par le thermomètre qu’elle avait placée sur le palier de la porte d’entrée. Trop chaud. Beaucoup trop chaud. Pour elle, une température acceptable se situait au moment où l’eau gelait. C’était un repère standard, une chose fiable, qui ne changeait jamais, et auquel elle pouvait s’accrocher. Quelque chose qui lui évitait de perdre la mémoire. La face.

Déception. A 6°, aucune chance de voir l’eau geler. A 6°, elle était à peine froide. Elle était même trop chaude pour une douche. Ses épaules s’affaissèrent, et elle referma la porte. Elle sortit de sa poche une clé à molette, et s’approcha du radiateur le plus d’elle. Il faisait trop chaud. Il était plus que temps de réparer cette erreur. La main tenant l’objet de métal bien au dessus de sa tête, elle regarda avec détermination son ennemi, qui était responsable de la température de 15° du pensionnat. Il était temps d’en finir.

Son bras s’abattit sur la structure de métal, résonant dans les couloirs, déformé. Lever, baisser, cogner. Nouveau bruit. Regard assassin. Lever, baisser, cogner. Nouveau son métallique. Mais cette fois, un sourire satisfait apparut sur le visage de la Marsienne. Le radiateur laissa échapper un sifflement, un souffle de vapeur.
L’ennemi était à terre. Elle avait réussi. Elle avança sa main droite, grande ouvert, vers la machine, désormais inutile et froide. Et la ferma. Le métal gémit, et se rompit en divers endroits, transpercé par de grands pics de glace. Il serait donc impossible de le réparer. Elle n’avait plus à se soucier de celui-là.

Elle sortit de sa poche arrière de jean un morceau de papier froissé, et entreprit de l’ouvrir. Elle enfonça consciencieusement son index droit dans une des cases du plan, situé, si on savait le lire, au rez-de-chaussée, dans l’entré. Son doigt suivit une ligne bleue à travers les étages. Le radiateur le plus proche se trouvait dans le dortoir, au premier. Mais, il risquait d’y avoir encore du monde là-bas… Trop risquer. Au suivant. Son doigt quitta le carré, et suivit la ligne bleue. Elle plia la carte. La remit dans sa poche.

Direction la salle de bain. Un gros radiateur, relié à l’unité central de chauffage, se trouvait là. Le détruire priverait l’étage de chaleur. Parfait. Elle gravit les escaliers, et tourna à droite. Quelqu’un arrivait en contre sens. Tête blonde.
Elle ne connaissait que peu de blonds. Et la plupart étaient ici. Evali, David, Claes, Tina… Flint, du Centre. Et lui.
Elle leva la main.

- ฒณ ดต งจฉชญฐฑ, Mattew.

L’autre leva la tête dans sa direction. Analyse facial, temps de chargement restant : 5 secondes. Reconnaissance. Identification terminée. Hochement de tête. Changement de cap. Déviation de trente degrés. Distance : 1 mètre 12. Ayame s’eclaircit la groge, tandis que Matt-Machin fourait son stylos et son calpin dans sa poche arrière.

- ‘Scuse-moi de te demander ça, mais, tu n’aurais une...

Il y eu un grand bruit métallique. Mattew et Ayamé tournèrent la tête vers la porte de la salle de bain, dans un couloir non loin d’eux. Quelqu’un avait-il décidé de détruire les radiateurs à sa place ? Peu probable. Elle jeta un coup d’œil à Mattew. Hochement de tête approbateur. Elle laissa tomber sa clé à molette,e t tous deux se précipitèrent vers la pièce en question.

Vide. Personne. RAS. D’ailleurs, rien ne semblai avoir bouger. Matt entra, et regarda dans les douches. Elle, se dirigea vers le miroir. Une tache de sang coagulé brillait de ses reflets noirâtre. Elle se tourna vers son coéquipier. Et buta dans une plaque de métal rouillée qui avait été mal positionnée. Elle s’accroupit, tandis que l’autre rappliquait illico.

- Mais qu’est-ce que c’est que ce truc…

Murmura Ayame en soulevant la tôle.
~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Némo Rauschenberg
Mais qui es-tu ?

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 24/09/2008

Feuille de personnage
Point de vie:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Instant de verité.   Dim 25 Jan - 21:30

- KYAAAAH ! ATTAQUE MORTELLE DES CHAUSSETTES QUI PUENT SUR LA TÊTE DES BLONDINETS MISOGYNES NARCISSIQUES ! PREND ÇA DANS TA FACE, SALOPARD DE MERDE ! JOYEUX ANNIVERSAIRE !

Luz-Lucie fourra une énorme chaussette de Noël sur la tête de Némo, l'attaquant par derrière. Il se retourna, furibond, ôta brutalement la chaussette de sa tête, faisant tomber au passage son bonnet, et la balança à l'autre bout du couloir.

- TU VAS VOIR CE QU'IL TE FAIT LE BLONDINET MOSIGYNE, SALOPE DE MES DEUX ! lui hurla-t-il en se mettant à courir après elle avec la sérieuse intention de lui faire regretter d'être née.
- Tu as les Félicitations d'April et de Lily pour ton passage à un âge où nous aimerions tous que tu te calmes, continua Luz d'un air confiant, arrivant très facilement à éviter Némo quand il fonçait sur elle. Violette a juste dit de te dire "Fuck", Marie ajoute que ça fera du bien à ta cervelle de mollusque, Apple dit que c'est pas trop tôt, Zéphir te dit de fermer ta gueule, Jillie et Diane te souhaitent une joyeuse fête et Eden assure que ça t'empêchera pas de faire le con. Voilà, tu es content ?
- REVIENS ICI TOUT DE SUITE, 'SPÈCE DE !
- Cause toujours, tête de piaf ! Le jour où tu réussiras à me faire chier n'est pas arrivé !
- C'est ce qu'on va voir !

Il fit une pointe de vitesse et poussa brutalement la jeune fille à terre. Elle tomba sur une porte (celle de la salle de bains, apparemment) qui s'ouvrit. Prit par son élan, le blond s'écrasa comme un minable à côté de Luz, qui se releva vite fait et enleva les particules de poussières qui s'étaient accrochées aux fanfreluches de sa robe d'un coup de main. Le garçon mit plus de temps à réagir et se redressa péniblement en se massant le dos. Leur regard fut attiré en même temps par deux personnes déjà présente dans la pièce : Arica et Matthew...

- Roh non, pas eux... siffla Némo, saisit par un mauvais pressentiment...


Dernière édition par Némo Rauschenberg le Mer 28 Jan - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ti-Ohn Gram-Taylor
Nouvelle tête

Age : 26
Nombre de messages : 166
Petit(e) Ami(e) : Ash... =_='
Pouvoir : ???
Planète d'origine : Mercure
Date d'inscription : 06/07/2008

Feuille de personnage
Point de vie:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Instant de verité.   Mer 28 Jan - 18:45

« Madame, j’en ai assez d’attendre les autres ! Quand est-ce qu’ils vont se décider à arriver ?! »
Asher s’affala sur la table, et, poussant un gémissement, fit une grimace affreuse à l’adresse de Di.
- Je déteste devoir vous tutoyer, Madame, même si c’est pour paraître plus naturel et discret devant cette bande de gamins imbéciles ! Je trouve que ça fait bizarre…Même si Madame Bleisten Sybillic elle aussi ne nous obligeait pas à la vouvoyer…
Mattew se massa les temps d’un air las, avant de glisser le dernier document qu’il avait à la main dans la mallette posée sur la table, et de la confier à Alec, poster debout derrière lui.
- Pour ma part, Dit Mattew, Je suis rassuré de savoir que Alec vient avec vous. Imaginer David avec Asher me file des frissons rien que d’y penser. Au moins, avec Ali, je sais qu’elle ne risque rien…
- Mais il y aura aussi Carlson pour veiller sur elle !
Fit remarquer Asher en se redressa de toute sa petite taille, tandis que Di esquissait un sourire et que Mattew soupirait.
- C’est justement ça qui m’inquiète, imbécile de rouquin !
Répliqua ce dernier, tandis que Asher encaissait tant bien que mal les paroles tranchantes de son ami.
- C’est une mission importante, Annonça Di en se levant à son tour, car je vais rencontrer la nouvelle Meistent Di. Il parait que c’est la fille de Bleisten Sybillic…
- En effet. Et en plus d’être sa fille, Meistent Di Yullia est le future Maître… Bien qu’elle n’ai encore que 4 ans.
- Roh, moi je dis qu’on les recrute au berceaux, maintenant ! grogna Asher en ce levant. Bon, c’est l’heure. Madame, après vous...

Matt marchait dans le couloir. Sans personne sur qui veillait, il se demandait comment il allait faire pour ne pas mourir d’ennui…
Après tout, il était le régent, et le rôle du régent était de veiller sur le Maître, non ? Mais sans Maître… Il pouvait toujours aller discuter avec le Seigneur Claes, mais à cette heure du matin, il dormait sûrement encore. Il était peut-être temps que ce dernier ai un rythme de vie normal, et cesse de vivre comme un vampire ! A force, il allait devenir comme Lydevey : Teigneux, capricieux, et stupide.

Il sortit son calepin de sa poche arrière, et commença à le feuilleter. Malheureusement, il n’avait rien prévu pour aujourd’hui. Schisse. Le monde était décidément mal fait…


- ฒณ ดต งจฉชญฐฑ, Mattew.

Une seule personne pouvait parler le Ay en faisant de tells erreurs d’accord. Une seule, en dehors de Asher. Erine Ayame Maodawa, une bonne femme que Mattew connaissait depuis ses 6 ans,e t qui semblait détester un peu tout ce qui l’entourait sauf le froid. Apparemment, elle semblait s’adonner à son jeu préféré, si il en croyait la clef à molette qu’elle tenait dans sa main droite. Espérons qu’elle ne le frapperait pas avec…

- ‘Scuse-moi de te demander ça, mais, tu n’aurais une...

Mattew et Ayamé tournèrent la tête en même temps. Un bruit métallique retentit dans le couloir de la salle de bain. Hors, ils n’avaient entendu personne venir. Qui pouvait bien agir aussi silencieusement ? En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, les deux Gardiens étaient déjà dans la pièce humide. Personne.

Pourtant, il aurait juré que…


- Roh non, pas eux…

S’esclama Mattew en voyant le débilos blond qui s’était fait éclater par Eva ramener sa tronche ici. Sa raclée ne lui avait pas suffit ? Il en redemandait ?

Soudain, il y eu un grincement métallique, et Ayamé regarda triomphalement Mattew tout en soulevant une plaque de métal à moitié rouillée. Bien joué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Némo Rauschenberg
Mais qui es-tu ?

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 24/09/2008

Feuille de personnage
Point de vie:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Instant de verité.   Mer 28 Jan - 21:07

Luz soupira en fourrant sa main dans ses inextricables cheveux pour tortiller une de ses mèches autour de son doigt. Elle jeta un regard entendu à Némo, qui ne sembla pas comprendre ce qu'elle lui demandait. Tant pis. Il ne ferait sûrement pas de "bêtises". Elle détourna la tête de son coéquipier, centrant son attention sur les Gardiens.

- Mattew-Lysander Darenski et Erine Ayame Maodawa, si je ne me trompe ? Nous nous sommes déjà rencontrés récemment, mais le moment n'était pas aux... présentations.

Elle avait prononcé ce dernier mot d'un ton lourd de reproche, qui s'adressait peut-être plus à son associé qu'à ses ennemis.

- En réalité, les choses devaient se présenter par voie plus diplomatique, mais quelques fauteurs de troubles ont tout gâché et on doit tout reprogrammer ! De ce fait, nous n'avons pas réellement fait connaissance, n'est-ce pas ? Bien ! Je m'appelle Luz-Lucifer-Lucène Space, origine inconnue, ascendance complète inconnue, lieu de naissance inconnu. Enchantée de faire votre connaissance.

Elle sourit aimablement et tendit la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt-Lysander D.
Nouvelle tête

Age : 25
Nombre de messages : 235
Planète d'origine : Vénus
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Instant de verité.   Jeu 29 Jan - 13:47

Mattew écouta sans grande conviction princesse barbie fairytopia s’exprimer de manière à se prendre une clef à molette dans la tête –personne, même pas son propre frère, n’appelait Ayamé « Erine »- et resta perplexe devant la façon très…personnelle de la jeune fille de se présenter. Ils e tourna vers Aka, et murmura d’un air légèrement incrédule :

- Tu crois qu’on doit nous aussi se présenter comme ça ? Parce que c’est la honte assurée, son speech…

Dit-il en reportant son attention sur la fameuse Lucie Espèce machin-bidule-truc. De plus, Barbie venait de faire allusion au combat que lui et Eva avait mené pour latter le p’tit majordome des Tailer et Flint… Alors comme ça, l’autre blondinet n’avait pas honte de s’être fait exploser par une gamine, puisqu’il avait tout dit à princesse barbie ? Pas mal pour un minus, finalement…

- Et moi c’est Hinglen-Darenski, ma belle. De plus, je ne vois pas vraiment pourquoi vous vous comportez comme ça avec nous. Vous nous détestez. On est plus fort que vous, on vous barre la route, vous souhaitez nous exploser, et vous venez nous faire des salutations respectueuses ?

Mattew ne comprenait pas vraiment où elle souhaitait en venir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Némo Rauschenberg
Mais qui es-tu ?

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 24/09/2008

Feuille de personnage
Point de vie:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Instant de verité.   Jeu 29 Jan - 21:14

Luz croisa les bras, puis rejeta ses cheveux derrière son épaule d'un léger mouvement de la main.

- Je n'ai cure que votre patronyme soit Hinglen-Darenski ou bien Darenski tout court, Mess... Monsieur Darenski, rectifia-t-elle, s'apercevant qu'elle avait faillit utiliser "Messire" pour cet abject personnage. Et prénommez-moi Luz-Lucie, je vous prie.

Némo tira discrètement la longue manche de la jeune fille qui pivota vivement sa tête vers lui, fouettant au passage le visage du garçon avec sa tignasse châtain.

- Quoi, encore ? lui aboya presque Luz en parlant cependant plus bas.
- Bah... On est obligés de rester ici ? 'Fin, j'veux dire, on a rien à foutre là, quoi... En plus, il fait froid, chuchota-t-il.
- Casse-toi si tu veux, rétorqua-t-elle en élevant la voix. De toute façon, le blondinet, tu me gênes tout le temps dans mon travail, capté ? Alors va jouer avec Yan. Ce serait dommage de gâcher ton néo-anniversaire en te les gelant dans une salle de bain moisie, non ?
- Laisse tomber, je reste, grogna-t-il avec mauvaise humeur en enfonçant d'un geste protecteur son bonnet sur sa touffe blonde.

Elle lâcha encore un soupir, mit une pichenette sur la main de Némo qui avait accroché la manche de sa chemise, et il la retira en grimaçant (il avait horreur de se faire taper sur les doigts, et les ongles légèrement longs de Luz n'arrangeaient rien à l'affaire). Elle se tourna une nouvelle fois vers Ayame et Matt-Machin.

- Je rectifie vos paroles, mon cher : ce sont les autres clampins qui vous détestent. Ce sont à eux que vous barrez la route. Eux qui souhaitent vous exploser. Et seulement moi qui vient faire des salutations respectueuses. Compris ? Il y a une forte nuance entre eux et moi, et, aux dernières nouvelles, les deux imbéciles sont sensés suivre à la lettre le plan instauré par nos supérieurs. Sachez qu'il n'était pas dans les intentions du Centre de vous attaquer, et que ce ne sont que Yan et Némo qui, fidèles à eux-mêmes, ont tout fait capoter. Me suis-je bien faite comprendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arica Mikarashi
Mais qui es-tu ?

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Instant de verité.   Dim 15 Fév - 12:20

~Ayame regarda le trou béant. Un léger courant d’air frais, venu des profondeurs, agitait sa tignasse noire. Elle savait que cet endroit était protéger par les parons, mais… Même pour elle, le Kohai, cette battisse était mystérieuse. Avec un arrière-goût de mort. Et la musique d’ambiance. Façon «Thriller». Mort de Rire.
La ga…mine qui se la pétait grave les interpella.

Et elle faillit lui balancer la plaque de métal rouillé dans sa tronche. Cette pimbêche commençait à lui échauffer les oreilles. Tout ça parce que Miss Pouffiasse 4000 faisait partie du
Centre. Qu’est-ce qu’elle en avait à foutre de cette bande de bras cassés ! Elle reporta son attention sur le trou, laissant le soin à Mattew de virer les enquiquineurs.

Sauf qu’il se planta en beauté. Le pauvre. Miss Pouffiasse 4000 était aussi coriace que Stanley quand il s’agissait de le priver de BN pour obtenir une seconde son attention. Décidément, elle ne comprendrait jamais le Centre… Laissant de coté cette bande de gros bourges, elle sortit un élastique de sa poche et entreprit de se faire une tresse. Le résultat était assez grossier. Mais elle n’avait plus les cheveux dans la figure. C’était déjà ça.

Et fit signe à Mattew. S’assit au bord du trou béant. Miss Pouffiasse 4000 recommença à blablater. Ce qu’elle pouvait être… Elle se tourna vers eux. Grimace de dégoût. Inspiration zen. Okay. Ca passe ou ça casse.

« Vous venez avec nous, ou vous vous cassez, mais vous restez pas là. Dans tous les cas, ça vous fera bouger votre cul. Ca n’en sera que profitable pour vous. »

Dit-elle. Avant de se glisser dans le trou béant. Et de disparaitre dans les profondeurs.
~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Némo Rauschenberg
Mais qui es-tu ?

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 24/09/2008

Feuille de personnage
Point de vie:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Instant de verité.   Mer 18 Fév - 16:02

Némo et Luz échangèrent un regard. Ils se souvenaient parfaitement des ordres que la Chef leur avaient donnés :
"Space, vous allez vous rendre là-bas avec Tailer pour enquêter sur la bombe de McCollins. Ceci est une mission importante, je ne souhaite pas que vous réitériez le fiasco d'il y a quatre ans. Heureusement pour vous, Matthew ne semble pas être dans les parages. Croyez bien que, sinon, vous ne partiriez pas. Bref, les objectifs sont les recherches de McCollins. La Sphère, le CRPS et l'Alliance passent au second plan. Rauschenberg vous rejoindra en cas de besoin.
Chaque passage secret, la moindre cachette, sera inspectée de fond en comble au millimètre près. Pour vous aider à surveiller les "élément perturbateurs", vous pourrez prendre Cypriane avec vous. Toute piste peut mener au but. Des informations pourront vous parvenir dans le courant de votre mission. Space, je vous laisse prendre la direction des opérations. Je ne tolèrerai aucun échec. Maintenant, bonne chance."
Telles avaient été ses paroles. Claires et précises. "Toute piste peut mener au but". C'est avec un léger sourire (et un haussement de sourcil légèrement suspicieux de Luz) qu'ils s'engouffrèrent à la suite d'Ayamé dans le "trou"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Instant de verité.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Instant de verité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]
» Tournoi "Instant d'un Rêve" 19-20 juin 2010
» « On peut être intelligent toute sa vie et stupide un instant. »
» Le souvenir d'une certaine image, n'est que le regret d'un certain instant [PV Calliope & Max]
» UN INSTANT SANG MALICE EST DE RERETOUR KAKAKOK 100 VA !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Mc Collins :: Topics RP-